Être heureuse en couple : 2 changements simples pour une relation saine

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Couple

Comment être heureuse en couple: le secret vers une relation saine

Un couple, c’est l’histoire de deux personnes qui s’aiment et regardent dans la même direction pour leur avenir, leurs projets et, surtout, leur vision du couple.

Il n’y a pas de recettes miracles pour être heureuse en couple, c’est un travail et des efforts de la part des parties impliqués. Pourtant, malgré tous tes efforts, ta bonne volonté de faire au mieux, ton couple ne fonctionne pas. 

C’est le cas de beaucoup de personnes qui se retrouvent dans des relations malsaines sans s’en rendre compte et finissent par en souffrir. 

J’ai décidé de témoigner en racontant mon histoire concernant les relations amoureuses, celles-ci n’ayant pas été très heureuses au début. Petit spoiler : je pense que ma « malchance » avait un lien avec des blessures du passé que je n’avais pas guéri.

Pendant très longtemps, je ne suis tombée que sur des hommes qui me trompaient. Mais laisse-moi te plonger dans mon quotidien.

Le Doute en Couple

Quand je découvre qu’André, mon partenaire de l’époque, me cache les factures de téléphone, mon sang ne fait qu’un tour. Pour moi, c’est une évidence. Mon histoire va à nouveau se répéter : il voit quelqu’un d’autre en cachette.

Je tente de me calmer, de me raisonner. J’essaie de me dire que ce ne sont que mes peurs qui reviennent, mais qu’elles ne correspondent pas à la réalité. C’est plus fort que moi: je commence à me faire des films. L’intérieur de ma tête n’a rien à envier aux grandes productions hollywoodiennes. Mon angoisse monte – cette impression de « déjà-vu » est peu agréable.

Le problème vient-il de moi?

Je me sens impuissante. Je me demande ce qui cloche en moi. C’est vrai ça, pourquoi est-ce que je n’attire que des hommes qui me trahissent ? La première fois que ça m’est arrivé, je me suis dit : « c’est normal, tu as choisi un bad boy ». La seconde fois, j’ai commencé à me dire que quelque chose ne tournait pas rond en moi. Après tout, celui-là avait tout pour être le gendre idéal. Ça a continué comme ça, avec un troisième homme puis un quatrième. À la cinquième fois, j’avais cru trouver la solution à mon problème : je donnais ma confiance trop facilement et il fallait que je sois vraiment plus sélective.

Avec André, je pensais que cela allait être différent. Il s’était engagé avec moi : on vivait ensemble depuis 3 ans, il m’avait déjà prouvé qu’il m’aimait. Et là, ça n’a pas manqué : retromperie.

J’ai commencé à douter de moi. Après tout, ça faisait sept années que je me faisais systématiquement tromper. Passer autant de temps à souffrir et à angoisser alors que tout ce que je voulais, c’était de trouver « le bon » et fonder une famille – forcément, j’ai fini par me demander ce qui clochait chez moi.

Cette question, je me la posais à chaque rupture : « Pourquoi préfère-t-il aller voir ailleurs que rester avec moi ? »

J’ai commencé à me comparer aux autres. Malgré tout, je ne trouvais pas de réponse à cette question. Objectivement, je ne me trouve pas moche, et je suis facile à vivre (j’ai des années d’expérience en coloc pour en attester 🙂 ). Bref, que ce soit sur le plan amical ou pro, je réussissais ma vie.

Le plus dur pour moi était de voir des filles, pas spécialement plus jolies que moi, qui avaient l’air heureuses en couple. J’étais jalouse et je me disais mais « Comment font-elles ? C’est quoi leurs recettes ? »

Qu’est-ce qu’une relation malsaine?

J’angoissais tout le temps. Il suffisait que je ne reçoive pas de sms, qu’il ne me présente pas de suite à ses amis, qu’il ne soit pas clair sur les termes de notre relation…
J’angoissais de me tromper à nouveau et j’angoissais aussi d’être un boulet pour mon partenaire car encore traumatisée par mes expériences passées.

À chaque fois le même petit « vélo mental » commençait : « Pourquoi agit-il ou n’agit-il pas comme cela ? Pourquoi ne répond-il pas rapidement à mon sms ? Est-ce un mauvais signe ? Non, Sandy tu ne peux exiger qu’il te réponde rapidement sinon il va partir en courant, non, tu ne peux pas lui infliger tes peurs en lui demandant de clarifier votre relation… » C’était un vrai combat intérieur.
Bref, j’étais tout le temps en insécurité et j’essayais de contrôler mes réactions pour que « ça marche ». Cela n’empêchait pourtant pas que l’inévitable se produise à nouveau.

La révélation qui a changé ma vie

Après 7 années de tromperie, j’ai enfin compris ce qui n’allait pas.

7 années de tromperie, de souffrance et d’angoisses, ça a été vraiment dur pour moi p qui voulais juste « trouver le bon », me marier et faire des enfants. Souvent, on a besoin de toucher le fond pour avancer. Et là, je l’avais bel et bien atteint.

Après André, j’ai décidé de casser ce schéma répétitif en travaillant sur mon passé. Je me suis fait aider par un thérapeute. J’ai compris grâce à ce travail sur moi-même que je cherchais des hommes similaires à mon père – celui-ci est lui-même incapable d’être en couple et de s’engager, puisqu’après le divorce de mes parents à quatre ans, il n’a pas eu de relation longue.

Sortir du cercle vicieux et apprendre à se valoriser

J’ai ensuite appris à reconnaître la validité de mes besoins et à les exprimer : c’était comme apprendre une nouvelle langue. Le fait de n’avoir pas vu mes parents en couple m’a privée d’un exemple, et je n’avais clairement aucune idée de comment le faire.

Le besoin qui a été le plus difficile à admettre était mon besoin d’être rassurée, car après 7 ans de tromperie, j’avais du mal à redonner ma confiance. Je savais pourtant que si je ne donnais pas moi-même une légitimité à mon besoin, personne (et encore moins mon partenaire) ne le ferait.

Remonter la pente

À partir de ce moment-là, ma vie a fait un virement a 180°. Tout part d’une coïncidence : j’étais occupée à organiser un week-end de ski entre amis et quelqu’un s’était désisté à la dernière minute, permettant à celui qui serait mon futur mari de venir.

Au début, tout se passe bien: comme n’importe qui, on avait flirté un peu durant le weekend, et quelques mois plus tard on sortait ensemble.

Il s’est engagé envers notre relation dès le commencement : il m’appelait tous les jours et on se voyait chaque weekend (on habitait à 3 heures l’un de l’autre). Au bout d’un mois, il m’a demandé de partir en vacances ensemble et après un an, d’habiter tous les deux.

Je lui avais clairement dit que j’avais un problème de confiance et que les relations à distance me faisaient peur. Ce à quoi il a répondu « Pas de problème, je te donne mes mots de passe de mon téléphone et ordinateur, tu peux fouiller quand tu veux ». Quand il sortait avec des collègues filles, il m’appelait pour me rassurer. Il a ainsi petit à petit gagné ma confiance et j’ai osé montrer ma vulnérabilité et lui ouvrir mon cœur.

Et un jour mes angoisses ont disparu. Je n’ai plus eu besoin de fouiller ou d’être rassurée à chacune de ses sorties. J’étais guérie. J’étais et je suis heureuse en couple avec mon mari.

Quand je regarde en arrière, je me dis que ce travail sur moi et mon passé a transformé le cours de ma vie.

heureuse en couple avec sandy kaufmann

Je ne pense honnêtement pas que je serais mariée, avec un enfant, et toujours heureuse en couple si je ne l’avais pas fait.

Et toi, as-tu déjà fait un travail sur toi ? Si oui, qu’est-ce que ça t’a permis de changer positivement dans ta vie ? Comment définirais-tu être heureuse en couple?

Pour toi

LE WÉBINAIRE comment se crée-t-on une blessure du passé?

Enregistre-toi dès maintenant à ma newsletter et reçois le replay du wébinaire comment se crée-t-on une blessure du passé ? 

* Champs obligatoires

Si tu t’abonnes à ma newsletter, tu recevras également des offres. Tu peux te désabonner à tout moment. Merci de lire ma Politique de confidentialité pour voir comment je traite les données.